02 Déc 2021

5 erreurs à ne plus commettre en français.

Selon, l’UNESCO la langue française fait partie des 10 langues les plus complexes au monde, la langue de Molière foisonne de particularités. Alors, même si nous la parlons et nous la lisons sans effort particuliers il arrive très souvent que nous commettons des erreurs sans le savoir. Pour vous aider à y remédier, faisons le point sur ces cinq erreurs que beaucoup de francophone font sans même s’en apercevoir.  

1) « Autant pour moi » 

Bien que très utilisée, cette expression est souvent mal orthographiée. En effet, « Autant pour moi » est incorrect. Même si cela peut paraître étrange, la manière exacte d’orthographier cette expression est avec le mot « temps » : « Au temps pour moi ».  

Pour comprendre son orthographe, il est important de comprendre son origine. L’expression trouve ses origines dans le jargon militaire. Lors d’exercices militaires, « Au temps ! » était utilisé pour ordonner à une personne à reprendre un mouvement depuis le début. Aujourd’hui l’expression sert à admettre son erreur et considérer que nous allons reconsidérer les choses depuis le début, comme si nous devions recommencer un mouvement.  

Bien que nous puissions retrouver l’orthographe « Autant pour moi » dans de nombreux écrits, ne vous méprenez pas et ne faites plus cette erreur ! 

2) Quelques fois / Quelquefois 

Faut-il écrire « quelques fois » ou « quelquefois » ?  

Voici une subtilité de la langue française, alors comment faire la différence entre ces deux mots qui paraissent pourtant bien similaires ?  

« Quelquefois » est un adverbe et est donc invariable. Écrit en un seul mot, « quelquefois » signifie « à un moment donné » ou « un certain nombre de fois ». C’est pour cela que nous pouvons retrouver l’adverbe dans des phrases comme “Je vais à la danse quelquefois”.  

« Quelques fois » quant à lui est groupe nominal qui signifie un « petit nombre de fois » ou « à un moment donné ». On l’emploiera par exemple dans des phrases telles que “Les enfants vont rendre visite à leur grand-mère quelques fois par mois” ou encore “Le bus a souvent du retard, mais jamais les quelques fois où je l’ai pris”. 

Si vous doutez encore de l’orthographe du mot à employer dans votre phrase, rappelez-vous que “quelquefois” peut être remplacé par “de temps en temps” “parfois” “à l’occasion” et que “quelques fois” quant à lui peut être remplacé par “deux ou trois fois” ou “dans certains cas”.  

erreurs-à-ne-plus-commettre

3) Il faut obligatoirement  

Un bel exemple de pléonasme que nous utilisons presque tous les jours. 

« Il faut » signifie déjà « indispensable », il n’est donc pas nécessaire de rajouter « obligatoirement ».  

Pour remédier à cette faute, utilisez plutôt « vous devez » ou encore « c’est obligatoire de ». 

Autres exemples de pléonasmes que nous construisons quotidiennement sans même nous en rendre compte : « Prévoir à l’avance », « Ajouter en plus », « Vous devez impérativement ». 

4) Après qu’il soit parti  

Une formule que l’on entend très souvent, qui nous paraît correct mais pourtant elle ne l’est pas ! En effet « après que » doit toujours être suivie de l’indicatif qui exprime une action réelle et non pas une action incertaine comme en utilisant le subjonctif. Le subjonctif doit être utilisé pour exprimer une antériorité dans le temps, comme c’est le cas avec la formule « avant que ».  

Alors que nous devons dire à la place de « Après qu’il soit parti » ? En utilisant l’indicatif, la formule juste est « Après qu’il est parti ».  

Malgré que « Après qu’il est parti » soit grammaticalement correct, il est rare de l’entendre et donc il se peut que le doute s’installe au moment de choisir l’indicatif ou le subjonctif. Pour cela, vous pouvez remplacer « après que » par « dès que » et là, vous allez le voir, l’indicatif s’impose automatiquement.  

Exemple : Nous avons rangé la chambre dès qu’il est rentré. Nous avons rangé la chambre après qu’il est rentré.  

faute-orthographe

5) J’ai été au cinéma 

Nous avons tendance à beaucoup trop utiliser le verbe « être » à la place du verbe « aller ». Pourtant, quand il y a une notion de mouvement, ce n’est pas le verbe être qui est à utiliser mais bien le verbe aller.  Il ne faut donc pas dire « J’ai été au cinéma » mais « Je suis allé au cinéma ». 

L’emploi du verbe être pour exprimer une notion de mouvement n’est pas une erreur en elle-même, pourtant l’Académie française est clair à ce sujet, substituer le verbe aller par le verbe être relève du langage familier et est donc à utiliser avec prudence. 

Bien que ces erreurs soient très souvent entendues et écrites par nombreux d’entre nous, il est toujours possible de se corriger : il en va de votre crédibilité. Les fautes de français peuvent nuire à l’image de votre entreprise et à la qualité de votre rédaction qui sont pourtant des éléments qui peuvent en partie déterminer la confiance que les internautes accordent à votre marque.