astuces pour un contenu pédagogique sur le web
18 Sep 2020

5 astuces pour écrire un contenu pédagogique sur le web

Le contenu de marque (ou brand content) connait un véritable engouement dans les stratégies de communication en ligne de nombreuses entreprises. Les rédacteurs doivent donc proposer des articles répondant aux objectifs de l’organisation. Parmi eux, les contenus pédagogiques sont là pour apporter une information utile aux lecteurs, qu’ils soient clients, prospects, collaborateurs…). Ainsi, ils contribueront à donner à la marque une image bienveillante et utile. Mais pour remplir ses objectifs, le rédacteur doit appliquer quelques règles d’écriture spécifiques au web.

1) Proposer un cheminement logique et structuré

Si un lecteur tombe sur un article pédagogique, c’est probablement parce qu’il cherche une information spécifique. Pour l’aider à trouver sa réponse, il est important de proposer une construction logique et facile à comprendre. Elle s’intègre dans un format structuré facilitant la mémorisation et éventuellement la lecture rapide.

Le plan peut être chronologique que l’on présente des démarches administratives sur plusieurs mois ou une simple recette de cuisine. Il peut également proposer un enchainement logique facilitant la mémorisation. Si l’on veut expliquer comment fonctionne un appareil électronique, on présentera l’appareil en lui-même, puis ses fonctionnalités et l’on finira par décrire des exemples d’utilisation.

Quelle que soit la logique choisie, celle-ci doit apparaitre clairement au lecteur pour qu’il puisse voir si l’article répondra à ses attentes. Cette mission est portée par la structure du texte. Le chapô doit déjà confirmer la pertinence de l’article, les intertitres supportent la logique du plan et les mises en exergue font ressortir les concepts clés à retenir. Autant d’éléments qui permettent de garder le fil lors de la lecture mais également d’améliorer le référencement du texte (SEO).

En effet, sur un site web, la mise en page apporte aussi des indications aux moteurs de recherche pour les aider à évaluer le contenu. Elle doit donc être réalisée en utilisant les balises HTML (ou l’éditeur de texte du back-office du site web) adéquates.

 

NB : Pour créer un intertitre, il est important d’utiliser une balise <H2> ou la fonctionnalité Titre 2 de l’éditeur de texte pour contribuer au bon référencement. Il ne suffit pas de choisir une couleur différente ou une police de caractère plus grande.

 

2) Vulgariser les explications

En fonction de la cible de l’article, il est essentiel d’adapter la technicité des explications. Si le texte s’adresse à un public de connaisseurs, le jargon et les abréviations seront comprises. Mais s’il est écrit à destination de néophytes, il est essentiel de vulgariser.

Pour une vulgarisation efficace il convient de définir plusieurs points avant la rédaction :

  • Quels sont les termes essentiels qui doivent être conservés et expliqués ?
  • Quels termes peuvent être remplacés sans perdre en précision ?
  • Existe-t-il des termes en langue étrangère à traduire ?
  • Quelle profondeur peut avoir l’article sans être excessivement complexe ?

En répondant au préalable à ces 4 questions le rédacteur web s’assure que le niveau de vulgarisation souhaité sera bien le même tout au long de son article. C’est également une méthode permettant de limiter le risque de contre-sens ou d’approximation indésirable.

L’auteur de l’article peut solliciter un expert pour faire évaluer la qualité de sa vulgarisation. Il peut également adresser son article à une personne correspondant à sa cible afin de vérifier que tout est bien compréhensible.

3) Utiliser un langage simple et clair

Au-delà de la vulgarisation même du sujet, il est important, dans un contenu pédagogique, d’utiliser un style simple et clair. La simplicité de l’écrit permettra une lecture fluide et facilitera la compréhension comme la mémorisation.

Le niveau de langue compréhensible par la majorité des gens est généralement le niveau B1, défini par le cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Il nécessite d’éviter des termes peu utilisés ou des tournures de phrases complexes.

Il convient notamment d’éviter certaines complications comme :

  • la voix passive ;
  • les mots ayant plusieurs sens (ex : obscur, calcul, nul…) ;
  • les conjugaisons peu courantes ;
  • les métaphores ;
  • les phrases longues avec plusieurs subordonnées ;
  • les paragraphes trop longs.

 

4) Insérer des liens hypertextes pour sourcer et élargir le sujet

Un article pédagogique doit être sourcé pour prouver son sérieux, et ainsi contribuer à la crédibilité de la marque qui le publie. Sur le web, le meilleur moyen de citer une autre source en ligne est évidemment d’utiliser les liens hypertextes. Grâce à ces liens, il est possible de garder un fil rouge clair, sans s’encombrer de trop de détails, tout en permettant aux internautes de les trouver s’ils le souhaitent.

Mais pour apporter une crédibilité, il est important de choisir des sources crédibles. Les fausses informations sont un vrai problème sur Internet, qu’elles soient diffusées volontairement ou non. Mieux vaut privilégier les sources officielles telles que les institutions publiques ou les organismes de recherche. Les études réalisées par des associations professionnelles de référence peuvent également être citées. Si Wikipédia est parfois utilisé comme base documentaire, mieux vaut utiliser en référence les liens fournis en bas de page par le site.

Pour plus de clarté, il est préférable d’insérer les liens hypertextes au fil de l’article. Il est généralement recommandé d’éviter de mettre un lien sur des expressions telles que « lire ici » ou « en savoir plus ». En effet, les liens sont eux aussi des éléments analysés pour le référencement dans les moteurs de recherche et les expressions sur lesquelles ils sont insérés sont considérés comme des termes importants de l’article.

5) Illustrer

Lorsqu’il est question de pédagogie, le visuel peut jouer un rôle clé. Pour présenter un point de réflexion complexe ou pour mettre en exergue une idée il est parfois plus efficace d’utiliser un élément graphique plutôt que d’écrire un long paragraphe. Grâce à l’image la mémorisation sera facilitée.

L’ajout d’une illustration permet également d’insérer une respiration dans l’article. Placée à la fin d’un chapitre, elle donne le temps d’assimiler les informations lues avant d’entamer le paragraphe suivant.

Pour une bonne illustration, il est évidemment recommandé de s’appuyer sur les compétences d’un graphiste. Si ce n’est pas possible, il existe aujourd’hui des outils en ligne pour créer des visuels rapidement. Parmi les plus connus, on peut citer Canva, Piktochart ou encore Vengage.